vendredi 25 novembre 2011

La méthodologie du travail écrit de fin d'études

La situation de départ : le choix du thème

    Le thème du travail écrit de fin d'étude est une situation de soin vécue lors d'un stage qui a interpellée (en bien ou en mal) et qui questionne.

    Il faut établir une description précise des faits : utiliser la méthode du QQOQCP :

    Qui ? : qui est concerné ?(responsable, victime, acteurs,…)
    Quoi ? de quoi s'agit-il ? (objet, méthode, opération,…)
    Où ? où ça c'est passé ? (lieu, service,…)
    Quand ? quand ça c'est passé ? (date, durée, fréquence, période,…)
    Comment ? comment ça c'est passé ? (moyens, procédure, manière, technique, matériel,…)
    Pourquoi ? pourquoi ça c'est passé ? (justification, raison d'être,…)

    Le thème du travail doit être généralisable.

    Avant de se concentrer sur un sujet de TFE il faut prendre quelques précautions :

    Faire une première recherche succincte de documents bibliographiques : permet de voir si ce sujet est riche ou pauvre en documentation, ce qui va permettre de bien connaître le sujet et de donner une évaluation subjective de la difficulté de la réalisation.
    Se poser 3 questions primordiales :
    Est-ce que ce thème de travail m'intéresse ? Pourquoi ?
    Quelles sont les questions que je me pose ?
    Qu'est-ce que j'attends de ce travail ? Professionnellement et personnellement ?

    L'étape du choix du thème est extrêmement importante car elle va permettre le coup d'envoi du travail.

    La motivation pour le thème choisi doit être réelle et claire.

    Les idées que l'on veut transmettre au travers du TFE doivent être claires.

La question de départ

    La question de départ est le point de commencement et le fil conducteur du TFE : le sujet est énoncé sous la forme d'une question.

    Elle permet de structurer et d'orienter le travail écrit.

    Une question de départ est souvent provisoire : ce n'est qu'en avançant dans l'exploration du thème qu'elle se précisera pour aboutir à sa formulation définitive.

    Il n'est pas facile de poser une question de départ, il faut très souvent essayer plusieurs formulations avant de trouver celle qui convient le mieux à ce que l'on veut transmettre par le biais de ce travail.

    Elle doit avoir un certain nombre de qualités :

    Clarté : précise, concise, univoque.
    Faisabilité : réaliste.
    Pertinence : vraie question, elle étudie ce qui existe.
    Intention compréhensive ou explicative.
    Déterminer en quelques lignes, ce qui va être exploré.

    Une question de départ fait en moyenne 2 à 3 lignes et reprend les données du QQOQCP :

    Q : Qui ?
    Q : Quoi ?
    O : Où ?
    Q : Quand ?
    C : Comment ?


L'exploration

    L'exploration est l'étude du thème choisi dans le but d'atteindre une certaine qualité d'information sur l'objet étudié et de trouver les meilleures manières de l'aborder.

    Elle se fait en deux parties menées parallèlement :

    Le cadre conceptuel ou théorique.
    L'enquête sur le terrain.

Le cadre conceptuel

    Le cadre conceptuel est une étude de documents écrits et/ou audiovisuels en relation avec le thème choisi.

    Pour réaliser le cadre conceptuel, il faut faire le lien entre les différents mots-clés qui composent la question de départ.

    Cette recherche bibliographique permet de s'informer des recherches déjà menées sur le thème du travail.

    Elle permet de connaître les idées fortes, les avis et les critiques existantes sur le sujet.

Réalisation d'une fiche de lecture

    La fiche de lecture permet de s'imprégner du sujet, d'entraîner à la synthèse, réutiliser ses commentaires lors de la rédaction du travail et gagner du temps sur la conception du TFE (cadre conceptuel, synthèse, bibliographie).

    Renseignement concernant l'ouvrage :
    Nom de l'auteur.
    Titre de l'ouvrage.
    Type d'ouvrage.
    Editeur.
    Lieu d'édition.
    Date de parution.
    Nombre total de pages.
    Numéro des pages utilisées.
    Renseignement concernant le sujet du travail :
    Titre du chapitre.
    Idées fortes de chaque chapitre.
    Faire un commentaire sur chacune des idées fortes.
    Analyse personnel, critique.
    Synthèse générale.

    L'étude de documents aboutit à la réalisation d'un plan qui reprend les mots-clés de la question de départ et les idées fortes étudiées.

L'enquête sur le terrain

    L'enquête sur le terrain permet de confronter la théorie à la réalité du terrain.

    Elle consiste à poser des questions en liens avec le cadre conceptuel à des professionnels.

    Tout d'abord, il faut choisir le type d'entretien que l'on veut mener :
    L'entretien directif : des questions précises sont posés, ce qui permet de structurer l'entretien et les informations.
    L'entretien non-directif : il n'y a pas de questions de posés, il n'est juste posé qu'un thème.
    L'entretien semi-directif : il y a des thèmes et des questions définies, ouvertes.
    Ensuite, il faut établir une grille d'entretien. L'idéal pour avoir une comparaison efficace avec la théorie, est de poser les questions en regard des différentes parties du cadre conceptuel.


L'analyse

    L'analyse est la confrontation de la théorie à la réalité du terrain.

    Il faut :

    Décrire et comparer les résultats observées : point commun ou différence.
    Mesurer les données (comparer le nombre de résultat sur un même sujet entre le cadre conceptuel et les entretiens).
    Formuler des hypothèses quant aux résultats observées.
    Proposer des solutions.
    Se positionner, donner son avis : faire une analyse critique en tant que futur professionnel.


La synthèse

    La synthèse est un résume succinct de l'exploration et de l'analyse, elle reprend les idées fortes et les hypothèses par rapport aux différentes idées. Elle permet également de poser une hypothèse générale et/ou une problématique concernant toute l'étude.

La conclusion

    La conclusion est l'aboutissement du travail. Il faut :

    Résumé l'intégralité du travail.
    Rappeler la démarche.
    Présenter les nouvelles connaissances : ce que l'on a appris.
    Présenter ce que ça nous a apporter : personnellement et professionnellement.
    Présenter en quoi ça a changer nos visions personnelles et professionnelles du sujet de son commencement à sa conclusion.
    Poser une problématique ouvrant sur un nouveau débat.

samedi 29 octobre 2011

Nouvelle Rubrique de Téléchargement

Important Message !!!

Nouvelle rubrique de Téléchargements: Livres, Revus, Documents, ...

RDV au Forum !

http://www.paramedical-dz.com/forum/

Soyez nombreux à poster les téléchargements

samedi 22 octobre 2011


Le Sang
La composition du sang
Le sang est composé de 2 parties :
  • Le plasma.
  • Les éléments figurés : les globules.
Le plasma
    Le plasma est la partie liquide du sang où sont suspendus les cellules sanguines.
    Le plasma est composé d'eau, de substances organiques, de déchets, d'éléments minéraux, de gaz dissous, d'hormone et d'anticorps.
Les éléments figurés du sang
    Les éléments figurés du sang sont de 3 sortes :
  • Les globules rouges ou hématie ou érythrocytes.
  • Les globules blancs ou leucocytes.
  • Les plaquettes.
Les globules rouges
    Le globule rouge ou hématie ou érythrocyte, est une cellule anucléée, ce qui lui permet de circuler dans les capillaires et atteindre les tissus humains.
    Les érythrocytes ont pour seule fonction le transport du dioxyde de carbone du tissu aux poumons et du transport de l’oxygène des poumons au tissu : échanges gazeux.
    Il contient l'hémoglobine, protéine permettant le transport de l'oxygène et du dioxyde de carbone sur l'un de ses constituants, l'hème.
    Le globule rouge contient aussi des enzymes dont le rôle est de produire de l'énergie en catabolisant le glucose et permet ainsi de le faire vivre.
  • Durée de vie de 120 jours.
  • Norme des globules rouges : 4 à 5,5 millions / mm3.

Les plaquettes
    Les plaquettes sont des petites lamelles en circulation dans le sang, elles ont un rôle fondamental dans l'hémostase.
  • Durée de vie de 8 – 10 jours.
  • Norme des plaquettes : 150 000 – 450 000 / mm3.
Les globules blancs
    Le globule blanc est une cellule jouant un rôle dans la défense de l'organisme contre les corps étrangers, les agents pathogènes et les processus inflammatoires.
  • Durée de vie est très courte (2 à 3 jours).
    Les leucocytes se divisent en 2 groupes :
  • Les polynucléaires : granulocytes qui sont dans le tissu myéloïde :
  • Polynucléaires neutrophiles.
  • Polynucléaires basophiles.
  • Polynucléaires éosinophiles.
  • Les mononucléaires : agranulocytes : le noyau n’est pas segmentée, on distingue :
  • Les monocytes.
  • Les lymphocytes :
  • Lymphocyte T.
  • Lymphocyte B.
    La répartition des leucocytes est la suivante :
  • Les globules blancs : 4 000 à 10 000 / mm3.
  • Les lymphocytes : 25 à 33 %.
  • Les monocytes : 2 à 6 %.
  • Les polynucléaires neutrophiles : 60 à 70 %.
  • Les polynucléaires éosinophiles : 1 à 3 %.
  • Les polynucléaires basophiles : 0,25 à 0,5 %.
Les polynucléaires
    Ils ont un rôle de lutte contre l’inflammation et contre l’infection. Ils ont également un rôle de tueur vis-à-vis des microbes : phagocytose.
  • Les polynucléaires neutrophiles ont un rôle surtout dans la destruction des bactéries.
  • Les polynucléaires basophiles participent dans certaines réactions allergiques.
  • Les polynucléaires éosinophiles sont destinés à la destruction de certains parasites.
Les lymphocytes
    Ils ont un rôle fondamental dans les phénomènes de défense immunitaire.
    Ces lymphocytes vont reconnaître les éléments étrangers et vont déclencher une réaction dans le but de les éliminer.
  • Les lymphocytes T, en réponse à une stimulation immunitaire entraînent une prolifération cellulaire (immunité cellulaire). Ils ont le pouvoir de reconnaître les corps étrangers.
  • Les lymphocytes B entraînent la formation d'anticorps (immunité humorale).
Les monocytes
    Les monocytes jouent un rôle dans les phénomènes immunitaires.
    Le monocyte naît dans la moelle osseuse, il est transporté par le sang jusque dans les tissus où il se transforme puis se fixe : ils devient un macrophage.
La formation et le renouvellement du sang
    L'hématopoïèse est le processus par lequel se forment les éléments figurés du sang.
    La formation des globules sanguins d'effectue au niveau de la moelle osseuse.
    Dans la moelle osseuse, se trouve des cellules souches pluripotentes (potentialités multiples). Ces cellules souches vont, après division, donner naissance à des cellules capables de se différencier et qui sous l'influence de stimuli vont donner naissance aux différentes lignées :
  • La lignée érythrocytaire : donne naissance aux hématies, c'est l'érythropoïèse. Ce phénomène est régulé par une hormone, l'érythropoïétine, qui stimule la maturation et la prolifération de l'érythrocyte.
  • La lignée granulocytaire : donne naissance aux polynucléaires.
  • La lignée plaquettaire : donne naissance aux plaquettes. La différenciation des cellules souches est sous la dépendance d'une hormone, la thrombopoïétine.
  • La lignée lymphocytaire : donne naissance aux lymphocytes. Ceux-ci vont, à leur tour, se différencier en sous-populations : lymphocyte T et lymphocyte B.
  • La lignée monocytaire : donne naissance aux monocytes.

mercredi 19 octobre 2011

L'hémostase
Définition
    L'hémostase est le mécanisme amenant à l'arrêt du saignement lorsqu'un vaisseau a été blessé.
L'hémostase comporte 3 temps :
  • Le temps pariétal : composé du temps vasculaire et du temps plaquettaire.
  • Le temps plasmatique.
  • Le temps thrombodynamique.
Le temps pariétal
Le temps vasculaire
  • Vasoconstriction du vaisseau, afin de diminuer le flux sanguin au niveau de la lésion.
Le temps plaquettaire
  • Adhésion plaquettaire : les plaquettes adhèrent aux fibres de collagènes du tissu conjonctif afin d'obstruer la brèche.
  • Agrégation plaquettaire : formation d'un caillot formé essentiellement de plaquettes qui obstrue la brèche du vaisseau et arrête le saignement, c'est le clou plaquettaire.
Vidéo du temps pariétal : le clou plaquettaire

© Docteur Richard Martzolff Encyclopédie médicale Vulgaris

Le temps plasmatique
    Le temps plasmatique est constitué par les phénomènes de coagulation et aboutit à la formation d'un thrombus (caillot de fibrines) qui bloque le sang.
    La coagulation est due à la fibrine. La fibrine résulte de la transformation d'une protéine, le fibrinogène. Cette transformation se fait sous l'influence de la thrombine, ferment provenant de la transformation de la prothrombine par la thromboplastine.

                                prothrombine
       thromboplastine
     
                                  thrombine
                                       

                     fibrinogène
fibrine
 
La coagulation comporte donc 3 étapes :
  • La thromboplastinoformation : aboutit à l'élaboration de la thromboplastine.
  • Ne peut avoir lieu qu'en présence de calcium.
  • Résulte de l'interaction de facteur : facteur XII, XI, X, IX, VIII, V, III.
  • La thrombinoformation : transformation de la prothrombine en thrombine sous l'action de la thromboplastine :
  • La prothrombine est synthétisée par les cellules du foie en présence de vitamine K.
  • Ne peut avoir lieu qu'en présence de calcium.
  • Réaction accéléré par des activateurs : facteur VII, V.
  • La fibrinoformation : c'est la transformation du fibrinogène en un réseau de filament de fibrine.
Les facteurs de la coagulation
    Les facteurs de la coagulation sont des glycoprotéines synthétisées par le foie avec ou non intervention de la vitamine K.

Les facteurs de la coagulations
Facteurs de coagulation
Dénomination
Lieu de synthèse
I
Fibrinogène
Foie
II
Prothrombine
Foie + vitamine K
III
Thromboplastine tissulaire
Foie
IV
Calcium
Foie
V
Proaccélérine
Foie
VI
Accélérine
Foie
VII
Proconvertine
Foie + vitamine K
VIII
Facteur anti-hémophilique A
Foie
IX
Facteur anti-hémophilique B
Foie + vitamine K
X
Facteur Stuart
Foie + vitamine K
XI
Facteut anti-hémophilique C
Foie
XII
Facteur Hageman
Foie
XIII
Facteur stabilisant de la fibrine
Foie
Prékallicréine
Facteur Fletcher

Kininogène de haut poids moléculaire
Facteur Flaugeac


Les inibiteurs de la coagulation

Les inhibiteurs de la coagulation
Inhibiteurs de coagulation
Dénomination
Lieu de synthèse
AT III
Antithrombine III
Foie
PC
Protéine C
Foie + vitamine K
PA
Protéine A
Foie + vitamine K

Le temps thrombodynamique
    Après coagulation du sang, se produisent 2 phénomènes :
  • La rétraction du caillot : le caillot se rétracte et laisse exsuder du sérum.
  • La dissolution du caillot : elle est due à l'action d'une enzyme plasmatique qui dissout la fibrine, c'est la fibrinolyse.


mercredi 12 octobre 2011


Les groupes sanguins
Immuno-hématologie
L'antigène (Ag)
    L'antigène substance biologique (protéine, glucide) capable de provoquer une réaction immunitaire et de réagir spécifiquement avec le produit de cette réaction (anticorps).
L'anticorps (Ac)
    L'anticorps est une immunoglobuline (Ig) dont la production est provoquée par l’administration d’un antigène et capable de se lier spécifiquement à lui.
  • Anticorps immuns : immunisation par grossesse ou transfusion.
  • Anticorps naturels : présence systématique sans immunisation :
  • Anticorps réguliers : présents chez tous les individus n’ayant pas l’antigène.
  • Anticorps irréguliers : présents chez certains individus n’ayant pas l’antigène.
La réaction antigène/anticorps (Ag-Ac) au niveau du globule rouge
  • Hémolyse (in-vivo) : destruction par lyse membranaire des globules rouges. En transfusion, c’est la conséquence d’une incompatibilité immunologique où des anticorps se fixent sur des antigènes correspondants de groupe sanguin.
  • Agglutination (in-vitro) : formation d’amas due à la fixation des anticorps sur les antigènes correspondants de groupe sanguin.
  • Antigène A + Anticorps anti-A = agglutination
  • Antigène A + Anticorps anti-B =  pas d’agglutination
Le système ABO
    Le système ABO est défini par la présence d’antigènes (A, B) à la surface des globules rouges et la présence d’anticorps réguliers dans le plasma.
    Les anticorps du système ABO sont constamment présents :
  • Un sujet de groupe A a l’antigène A et des anticorps anti-B.
  • Un sujet de groupe B a l’antigène B et des anticorps anti-A.
  • Un sujet de groupe O n’a pas d’antigène et a des anticorps anti-A et anti-B.
  • Un sujet de groupe AB a l’antigène A et l’antigène B et n’a pas d’anticorps.
Epreuve de Beth-vincent
    L’épreuve de Beth-Vncent permet l’identification des antigènes globulaires en mettant en contact les globules rouges à tester et les anticorps connus (anti-A, anti-B, anti-A+B).

Epreuve de Beth-vincent

 Anti-A
Anti-B 
Anti A+B 
A
+
-
+
 B
-
+
+
 O
-
-
-
 AB
+
+
+
(+) = présence d’agglutination
Epreuve de Simonin
    L’épreuve de Simonin permet l’identification des anticorps plasmatiques en mettant en contact le plasma du sang à tester et les antigènes sanguins connus (A, B).

Epreuve de Simonin

 A
-
+
 B
+
-
 O
+
+
 AB
-
-
(+) = présence d’agglutination
Règle de compatibilité ABO
Transfusion sanguine


Transfusion de plasma

Le système Rh
    Le système Rh se définit par 5 antigènes principaux :
  • D ou Rh1
  • C ou Rh2
  • E ou Rh3
  • c ou Rh4
  • e ou Rh
    Les personnes possédant l’antigène D sont Rhésus positif et sont dits Rh1 ou RhD.
    La présence ou l’absence des antigène C, E, c, e, est analysée dans le cadre du phénotype Rh-KEL1 qui comporte en outre la recherche de l’antigène K du système KELL.
    Un Concentré de Globules Rouges (CGR) est dit qualifié antigéno-compatible RH-KEL1 lorsqu’il est compatible pour les antigènes Rh1, Rh2, Rh3, Rh4, Rh5 et KEL1.
Les systèmes KELL, DUFFY, KIDD
    Dans les systèmes Kell (Ag K1 et K2), Duffy (Ag Fya et Fyb), Kidd (Ag Jka et Jkb), les anticorps sont irréguliers et immuns, c'est à dire :
  • Ils ne sont présents que chez certains individus qui n’ont pas l’antigène (irréguliers).
  • Ils résultent d’une immunisation par grossesse ou par transfusion incompatible (immuns).
    Le sujet s’immunise alors contre un antigène qu’il ne possède pas.
  • Ces anticorps sont détectés par la Recherche d’Agglutines Irrégulières (RAI).
Recherche d’Agglutinine Irrégulière : RAI
    La RAI est la recherche d’anticorps irrégulier, qui consiste à rechercher dans le plasma du patient, des anticorps, dirigés contre un panel de globules rouges tests, représentatifs des principaux antigènes connus.
    Si la RAI se révèle positive, la transfusion se fera par du :
  • Sang phénotypé : ne contenant pas les antigènes du receveur.
  • Sang crossé : test de compatibilité qui consiste en la mise en contact directe du plasma du patient avec les globules rouges de la poche à transfuser.
    La RAI a une validité de 72 heures. Dépasser ce délai, il faut réaliser un nouveau prélèvement.

Portail des Petites Annonces d'Algérie Portail des Petites Annonces d'Algérie Portail des Petites Annonces d'Algérie